La Chapelle Saint Lazare, église des déshérités

La chapelle Saint-Lazare date du XIIIe siècle. Probablement édifiée avant 1250, cette église est celle de la maladrerie de Gien. Aussi nommés léproseries, ces établissements, qui fleurissent au XIIIe siècle en marge d’un grand nombre de villes et bourgs de France, sont destinés à accueillir les malades afin d’endiguer un mal contagieux et incurable : la lèpre.

Sous Louis XIV, les biens de la maladrerie de Gien sont dévolus au Mont Carmel. Ils comprennent à Gien des vignes, des terrains, des jardins, des immeubles situés dans le quartier du Champ. En 1695, ils sont transférés en propriété à l’Hôtel-Dieu de la ville. Pendant la Révolution, la chapelle est désaffectée. Comme l’ancien couvent des pères Minimes, elle devient la propriété de la faïencerie et sert de magasin. Elle est ainsi entretenue pendant 165 ans par la manufacture de faïences. En juillet 1944 lors du bombardement, la toiture est  endommagée mais elle sera ensuite remise en état.
Malheureusement, la crise économique, qu’elle subit dans les années 80, oblige la faïencerie de Gien à se séparer d’une partie de ses bâtiments et notamment de la chapelle Saint-Lazare. Elle est successivement vendue à plusieurs propriétaires privés, le dernier en date : le groupe AUCHAN.